Premier article d’une nouvelle catégorie pour les photographes, pas seulement pro mais pour tous ceux et celles que cela intéresse.

Je vais vous parler de la méthode Brenizer, çà doit surement recouper la vraie, la sienne, mais en tout cas c’est comme çà que je la pratique de temps en temps (quand j’y pense, en fait). Comme la plupart des tutos sont en anglais, çà va peut être vous aider un peu. Donc, cette brillante et originale idée vient de Ryan Brenizer, photographe de NYC, très reconnu photographe de mariage.

Donc je vais évacuer tout de suite une erreur: Brenizer c’est pas pour faire des panoramas… Le principe de base en quelques mots: obtenir une profondeur de champ (relativement) faible mais sur un angle large (carrément grand angle) à partir de là vous faites ce que vous voulez: des portraits en pieds, du paysage etc etc..

Pour bien saisir la particularité du truc il faut se mettre en tête les paradoxes de base:

Vous n’êtes pas sans savoir les règles de base..si ? alors je vous résume les caractéristiques:

PdC faible si:

  • grande ouverture (ou petit nombre d’ouverture)
  • longue focale (aie…)
  • « proximité » du sujet

Angle large = plus forte profondeur de champ (soit vous reculez, soit vous avez un grand angle, soit les 2)

 

Donc déjà, là, vous sentez qu’il y a un souci dans l’équation, alors les ruses sont les suivantes:

  • pour avoir une faible profondeur de champ on va utiliser une focale de 50 à 100 mm et qui ouvre à minima 1.4 (50 f:1.2 c’est bien, 85 f:1.8 c’est bien aussi, 100 mm f:2 c’est encore bien)
  • pour avoir un champ large on va faire plusieurs photos et les assembler, on va les faire en vertical pour minimiser la déformation

voilà, on a dit 80 % de ce qu’il faut savoir, le plus rapide, maintenant il reste les 20 % qui vont prendre les 80 % du temps total (la rêgle des 80/20 classique… çà y est je vous ai perdu)

Maintenant on le fait:

Prise de vue

    • J’aime bien le 50 1.2 ou 1.4, c’est purement une question de goût, au 85, je trouve que le sujet fait trop décollé du fond, trop irréel tendance 3D ou fond vert.
    • Pour avoir un beau rendu c’est bien d’avoir des plans successifs, si le sujet est seul sur une plage avec rien autour, çà sera pas très différent que de faire une photo au 50 1.2, en tout cas on va perdre l’intérêt. C’est l’étagement des plans qui va donner l’impression de profondeur et le coté « croustillant » des plans nets au niveau du sujet.
    • Souvent on est autour de 24 à 36 images (c’est une idée, pas une obligation, çà peut être plus, moins)
    • Mesure de lumière en manuel pour éviter les soucis de rendus et d’assemblage
    • Vous allez commencer par une du sujet entier, puis en haut à droite…, en bas à droite…, en haut à gauche…, en bas à gauche… avec à chaque fois une zone de recoupement pour l’assemblage
    • Attention à bien recouper, sinon gros problème d’assemblage, ne pas laisser de trous

 

Post production

Vous pouvez appliquer votre style avant sur chaque image, mais je préfère faire l’assemblage sur les fichiers brutes.
Lightroom fait çà très bien, pas la peine d’utiliser Autopano ou Photostich. Vous générez un PSD ou un TIF et vous ferez votre post prod dessus, en recadrant comme bon vous semble.

 

Voici 3 exemples:

Au 50 1.2, 38 images

 

 

Au 85 1.2, 30 images, on voit vraiment que le sujet flotte, on aime ou pas.

 

Au 50 1.4, 24 images (Horizontales, oui, je vous ai conseillé de le faire en vertical, je suis à 5000 Iso au D 810, il fait presque nuit, je suis très pressé)

 

Si vous avez des questions,merci de les mettre en commentaires pour faire profiter tous les lecteurs, je répondrais ici même…

Formations et stages Magic Flight Studio, cliquez ici

Leave A

Comment