Les photos de couple

Une séance day after du mariage de Jamila et Justin à la Villa Taj O Mayma. Nous avions le choix d’aller dans le désert mais en plein été, supporter plusieurs heures de 4×4 pour aller chercher du « vrai désert » (oui du sable comme on se l’imagine, pas  un désert de pierre..)  était au dessus de nos forces. Finalement, le jardin Majorelle nous semblait intéressant autant par le graphisme que les couleurs ou l’ambiance, d’autant plus que eux même étaient un peu fatigués. Alors en y allant dès l’ouverture, ça serait parfait. On enchaînera quand même avec un peu de dromadaire et un peu de sable quand même.
Vous avez du remarquer la couleur prépondérante lors des photos dans le jardin, quasiment le bleu de la façade de mon studio… c’est un signe. Quasiment en accord avec le bleu de leur vêtements traditionnels. Sa canne est juste là pour faire jolie, vous avez du remarquer qu’il n’a pas eu de soucis lors de la danse. Tant qu’on a pas trop de monde autour de nous, ça va. Mais le public arrive assez rapidement et nous devenons vite l’attraction, J&J font très star incognitos et on les prends pour des « princes africains »… assez drôle finalement.
Un petit tour avec Madonna (la dromadaire) pour donner le ton et se rendre compte que c’est difficile de monter si haut (quand même, si…)  que ça balance beaucoup et que finalement, le dromadaire fait un peu ce qu’elle veut… là on est en plein soleil et cela tape très très fort. J’ai de la sueur qui me coule dans les yeux, de la poussière qui s’insinue partout, je suis en train de brûlure sur le crâne, bref, le parisien au Maroc… Mais on était ravi de le faire et c’est le principal.

Le jardin Majorelle

Jacques Majorelle, peintre français, arrive à Marrakech en 1917 et s’y installe. En 1923 il acquiert une parcelle, en bordure de la palmeraie, qui sera complété dans un deuxième temps et y fait construire sa demeure. Au cors de ses nombreux voyages, il rapportera des plantes et arbustes « exotiques » et les plantera ici. C’est autour de la maison qu’il va ainsi créer ce jardin luxuriant qui deviendra par la suite le jardin Majorelle.   A l’époque le terrain fait jusqu’à 4 ha, aujourd’hui le jardin est réduite à 0,5, vous pouvez imaginer à l’époque. C’est en 1937 qu’il introduit ce bleu profond, un bleu primaire que l’on retrouvera sur les murs, dans les décorations du jardins, sur des céramiques.

En 1947 il est ouvert au public, puis morcelé en 1953 lors de son divorce, en 1961 il est contraint e vendre sa part et le jardin va tomber à l’abandon. C’est en 1966 que Yves Saint Laurent et Pierre Bergé découvre le jardin, en 1980 il le sauve d’une opération immobilière et lance une restauration pour en faire ce qu’il est aujourd’hui. En 2008, à la mort de YSL, Pierre Bergé en fait don à la fondation qui porte leurs deux noms.
C’est un lieu magique et commencer par quelques images du lieux est une bonne entrée dans l’ambiance

 

 

Leave A

Comment